Les supers yoghiros – Préface de Cyril Dion

Tels des parrains, trois préfaciers accompagneront les trois Super Yoghiros * dans leur aventure en Amazonie. J’ai demandé à Cyril Dion s’il accepterait d’écrire une préface pour les yoghiros. C’était après l’avoir entendu dire, à peu près en ces termes : la vie est un récit, si celui qui nous est proposé ne nous convient pas, nous sommes libres d’en inventer un autre. Pour cela, nous avons besoin de nouvelles histoires, de nouveaux modèles**.
 
C’est vrai. Notre vie dure un battement d’aile de papillons et nous sommes la seule espèce à avoir conscience qu’elle a un début et une fin. Nous avons besoin de donner un sens à ce parcours éphémère. Nous le faisons, en inventant un récit collectif auquel nous nous attachons à croire. Ce récit peut être modifié, à tout moment.
 
Nous naissons comme arriveraient de nouveaux acteurs dans un film, mais nous ne sommes pas obligés d’accepter le scénario proposé, ni le rôle qui nous est attribué. Nous ne sommes pas obligés de croire à l’histoire qui nous est racontée, à ce monde tel qu’il nous est présenté. Parce que cette histoire, ce monde, n’est qu’une option. Il y en a beaucoup d’autres.
 
Certains ont pour métier de suggérer d’autres options. C’est le cas de Cyril Dion, qui a parfaitement réussi l’exercice avec son film Demain, qui raconte à quoi nos sociétés pourraient ressembler, si nous le choisissions.
 
Cyril Dion est un homme de théâtre avec un excellent sens de la dramaturgie. C’est un homme d’engagement qui sait parler d’écologie avec le ton dont nous avons besoin pour avancer. Son parcours des Colibris, à Kaizen, Actes Sud, et Demain le film, parle de lui-même. Je suis très heureuse qu’il ait accepté d’écrire quelques lignes en préface des yoghiros, quelques lignes où avec des mots simples, il explique tous les bénéfices et services rendus par les arbres.
 
Merci à lui. Et si vous n’avez pas encore vu Demain, courez-y !
 
 
*Les Super Yoghiros : pour découvrir et participer à l’édition du livre
**Changer d’histoire, c’est changer l’histoire : Cyril Dion y cite très justement Muhammad Yunus « Toutes les choses impossibles ont été accomplies parce que nous les avons voulu intensément, nous les avons imaginées et désirées. »