Pérou épisode 5 : L’important, ce n’est pas le chemin

Lundi 27 février, 20h. Nous sommes lundi et la validation des couleurs finales m’incombe. Aujourd’hui, j’avais rendez-vous en début d’après-midi pour les découvrir… Oui, mais non… Je ne sais pas pourquoi mais, ici, j’ai toujours la sensation que tout est possible mais que l’on ne prend jamais le chemin prévu pour y arriver. C’est le bordel ! Stéréotypes sur les pays latins ? Ou, alors est-ce juste qu’il y a une vraie énergie et une volonté d’y arriver et que nos partenaires se lancent avant de savoir comment ils vont faire ? La vérité est probablement entre les deux.

 

Le Pérou est un pays avec tant de facettes. D’énormes écarts de richesses, un sentiment d’insécurité cultivé à l’extrême par la presse et la télévision… Les péruviens sont à la fois persuadés d’être dans un pays où règnent l’arnaque et la corruption et convaincus de leur potentiel de développement. Rien ne se passe jamais comme prévu et en même temps, nous ouvrons des portes qui resteraient fermées pour nous en France.

 

Toujours est-il que nous sommes lundi et que je n’ai pas les couleurs. L’explication ? Oui, il y en a toujours une. D’abord, il faut comprendre que le labo réalise les formules, ensuite les teintures sont effectuées dans deux petites usines distinctes : une pour les tissus en maille et une autre pour les tissus en chaîne et trame. Nous avons surtout des tissus en maille et ils se trouvent qu’un des tuyaux de l’usine a explosé vendredi soir.  Explosé. J’ai beau me repasser la phrase d’explication, parce que je me dis que, quand même, ça devient théâtral et que je dois mal traduire, mais non : explodo !

 

Et quand je me relis, j’hésite à vous raconter que lorsque nous sommes allées chercher nos cartes de visites vendredi soir, l’imprimeur nous a expliqué que le recto était ok mais que le verso était celui d’une autre entreprise…

 

Mais tout va bien, j’ai rendez-vous demain matin pour voir les couleurs. Et après tout, en ce qui me concerne, l’important ce n’est pas le chemin mais bien l’arrivée !

 

Mardi 28 février. Les teintures des tissus que nous devons utiliser ne sont pas encore toutes prêtes. Ils manquent quelques couleurs… Mais sur les cuadraditos de couleurs que j’ai, c’est beau ! Le résultat est fort, intense, comme je le voulais. Du coup, je suis allée avec Cesar acheter les fils que nous utiliserons. Nous avons validé les couleurs des boutons pressions, revu certaines sérigraphies, etc. Il reste toujours des ajustements à faire. La prochaine étape est celle des patrons sur cartons pour pouvoir valider la dernière version des prototypes. Pendant que l’atelier les prépare, les tissus devraient tous être teints. Et puis, l’atelier commencera la production avec les modèles les plus simples et les couleurs disponibles. Il reste peu de temps pour arriver à tout faire… Ah…vraiment, l’important ce n’est pas le chemin !