edito-carole-piette-feminin-bio

Webzine – Notre edito sur femininbio

Femininbio nous a offert un édito cette semaine, j’ai eu envie de parler de diversité… dans notre secteur, celui du slow wear. En ce lendemain d’élections, c’est avec une conviction renforcée que Conscients fait cette ode à la diversité. Quittons notre nombril des yeux et levons les pour voir ce que le monde nous offre ! Et encore merci à Femininbio :)
 
L’édito sur Femininbio
 

journée des femmes

Pérou dernier épisode : Et si les européens aussi croyaient en eux ?

Jeudi 8 mars. Journée des femmes et deuxième journée de travail dans l’atelier de Mario. D’après Cesar, nous aurons terminé chaque modèle de nos vêtements bio bébé dans la journée. Mais je commence à comprendre que Cesar est meilleur jongleur que planificateur. Mario, que Cesar disait fainéant, continue de m’étonner par sa maîtrise technique, mais je le découvre aussi très…

(…)

incredible hulk

Pérou épisode 6 : The incredible Hulk

Vendredi 2 mars.  Le D Day, le jour J… enfin la prod de nos vêtements bio bébé avec les vrais tissus colorés allait commencer. La journée avait démarré sur les chapeaux de roues car ce jour là, j’ai pris le taxi de l’incroyable Hulk ! Pour une fois, j’avais réussi à bien estimer le temps des bouchons.

(…)

prod lima

Pérou épisode 5 : L’important, ce n’est pas le chemin

Lundi 27 février, 20h. Nous sommes lundi et la validation des couleurs finales m’incombe. Aujourd’hui, j’avais rendez-vous en début d’après-midi pour les découvrir… Oui, mais non… Je ne sais pas pourquoi mais, ici, j’ai toujours la sensation que tout est possible mais que l’on ne prend jamais le chemin prévu pour y arriver. C’est le bordel ! Stéréotypes sur les pays latins ? Ou, alors est-ce juste qu’il y a une vraie énergie et une volonté d’y arriver et que nos partenaires se lancent avant de savoir comment ils vont faire ? La vérité est probablement entre les deux.

 

Le Pérou est un pays avec tant de facettes. D’énormes écarts de richesses, un sentiment d’insécurité cultivé à l’extrême par la presse et la télévision…

(…)

pantones-conscients-vetements-bio-bébé-couleurs

Pérou épisode 4 : Rompe cabeza de colores

Dimanche 26 février. Hélène est rentrée à Paris samedi car il faut bien se répartir le travail ! Vendredi, avant son départ, nous devions passer chez Quimica Suiza, l’entreprise qui réalise les formules pour la coloration Oeko-Tex.  Nous devions passer chez eux tout simplement car nos codes pantones ne sont pas ceux qu’ils utilisent dans leur labo. Mieux vaut le savoir tard que jamais !

(…)

atelier-vetement-coton-bio-bébé-lima

Pérou épisode 3 : Notre nom sur des boutons, un atelier sur le toit et des polos lacoste pour les chiens !

22 février 2012, 6h. Presque une semaine écoulée au Pérou. Cesar a donc décidé de continuer, ce dont, honnêtement, nous ne doutions pas. Il y a des personnes que l’adversité renforce et Cesar en fait partie.  Sa sciatique est finalement une hernie et pour les machines, il en a loué pour pouvoir gérer la production de nos vêtements bio bébé. Normalement, son atelier devrait être opérationnel lundi prochain, normalement… Après, il déménagera

(…)

alpaga-arequipa

Pérou épisode 2 : Arequipa et l’Alpaga

20 février, 10h. Nous sommes de retour d’Arequipa. Après avoir passé le vendredi à Lima à corriger les prototypes, nous avons sauté le samedi matin dans un avion pour Arequipa. A l’arrivée, nous nous couvrons à nouveau. Dans la sierra, février c’est l’hiver ! Deux saisons dans un même pays à quelques centaines de kms …. Mais l’hiver d’Arequipa n’est pas trop froid, nous ne sommes qu’à 2300 m d’altitude après tout !

(…)

lima-collection-vetements-bio-bébé-été

Perou episode 1 : soit je me pends, soit je continue…

16 février 2012, 18h30 : nous voilà arrivées à Lima sans encombre. Nous sommes ici pour coordonner la production de notre future collection de vêtements bébé en coton bio. Bagages en mains, nous nous faufilons entre les banderoles et les familles venues accueillir leurs proches. Nous aussi, nous sommes attendues. Nous rejoignons Consuelo et Aïde, et déjà dix taxis nous ont proposé leurs services.  Mais on ira chercher le notre une centaine de mètres plus loin. Ici, au Pérou, tout le monde nous dit qu’il faut toujours tout négocier.
 

Le rendez vous avec Cesar est pris pour le lendemain matin à 8h. Ce sera chez lui, il est immobilisé par une sciatique après avoir porté un sac de 10kg de tissus sous le cagnard. Oui oui, le cagnard! Ici février c’est l’été, le mois le plus chaud de l’année, les vacances…

(…)